Alan Stivell

Publié le par Jean-François LASCHET

Encore quelques lignes à propos d'Alan Stivell.
Même si je lui ai consacré toute une série d'articles sur mon autre blog "musique celtique", il a bien sûr sa place ici puisqu'il fait partie des musiques de ma jeunesse.

J'ai découvert Alan en 1972 et il est donc à la base de ma passion pour la musique celtique.
Pourtant, à l'époque, il nétait qu'un artiste parmi tant d'autres que l'on entendait au hit-parade à la radio et parfois en télé.
"Suite Sud Armoricaine" (avec la fameuse intro à la flûte) et "Tri Martolod" (une chanson de marins) allaient être ses plus grands succès.
Beaucoup de gens à l'époque sont "entrés" dans la musique celtique qui était quelque chose de totalement nouveau pour la plupart d'entre-eux.
Puis, une fois la mode passée, un grand nombre s'en sont désintéressés...mais ce ne fut pas mon cas.
Pourtant à ce moment, c'était à peine si je savais situer la Bretagne !

Je ne sais pas pourquoi ces musiques m'ont attiré. Etait-ce le mélange de certains instruments électriques avec des instruments acoustiques (harpe, flûte,violon...). Mélange que j'avais déjà entendus chez le groupe Wallace Collection.
Etait-ce le côté folk-song des chansons d'Alan ?
Toujours est-il qu'il aura été pour moi un véritable détonnateur.
Sans exception,  les groupes et les musiciens que j'apprécie aujourd'hui, c'est à lui que je le dois.

Je suis resté un fan d'Alan dont la musique à beaucoup évolué.
Il continue sans cesse de nouvelles recherches musicales et explore sans cesse de nouveaux sons au moyen de ses harpes toujours plus sophistiquées.
Mais cette évolution est restée linéaire car jamais il n'a coupé les liens qui le relient avec la tradition des musiques celtes.
Stivell, un grand artiste du passé du présent et du futur !



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jcg35r 04/03/2010 22:00


Brocéliande...chemins de terre...les chansns d eBretagne reviennent avec lui, dans les 70 ! depuis, quel chemin ! jusqu'à Betton !.
Serge.