Le printemps (2002)

Publié le par Jean-François LASCHET


Deuxième exemple pour illustrer mon offre de service.

En 2002 soit trente ans plus tard, j'ai décidé de ré-écrire le printemps.


Le printemps poésie http://rakaniac.over-blog.com

Le Printemps

Une hirondelle chante dans la brume matinale.

Le vent souffle.

Je m’éveille.

La lumière du jour m’éblouit.

Mais je regarde par la fenêtre

Les bourgeons dans les arbres

L’herbe qui grandit

Les premières fleurs qui poussent.

 

Le vent souffle en chassant les lambeaux de l’hiver,

Les dernières giboulées, la froidure.

 

Et je regarde :

La vie qui redémarre,

La nature qui s’ébroue,

L’humanité qui bouge.

 

Le vent souffle et j’espère

Revoir de jolies choses,

Le regard d’un enfant,

La tendresse d’une mère…

 

Mais je suis obligé de voir aussi :

Des gens abandonnés

Des enfants maltraités,

Des maladies tenaces

Et des morts annoncées,

Des amis qui s’en vont

Et des séparations.

 

Je ne peux empêcher :

Massacres en Israël

Attentats en Irlande comme partout dans le monde,

Ni la guerre qui gronde,

Ni le fascisme qui monte.

 

Le vent souffle imposant

Le pouvoir de l’argent et de la violence

Et la drogue qui menace chaque jour un peu plus nos projets et nos rêves.

 

Mais je suis toujours là

Mais nous sommes toujours là.

 

Si je fais face au vent,

Si tu fais face au vent

Alors il tournera,

Alors il changera.

Et partout dans le monde

Le vent peut être chaud

Le vent peut-être doux

Le vent peut apporter beaucoup de belles choses.

 

Il suffit de vouloir,

De vouloir lui faire face

Et de savoir dire « non »

Et de serrer les poings.

 

Puis il y a l’affection,

Il y a la tendresse

L’amour plus fort que tout et que rien ne renverse.

Pour nous aider toujours

A aimer

A lutter

Et aussi à donner tout ce qu’on a en soi.

 

Pour que vienne le printemps

Pour un nouveau printemps.

 

 

Je regarde par la fenêtre

La lumière du jour m’éblouit

Fera-t-il beau ?

Va-il pleuvoir aujourd’hui ?


Qu’importe

Qu’importe puisque tu es là !

Publié dans J'écris pour vous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rakaniac 04/05/2009 23:44

Le style de ce texte m'avait été inspiré par le très beau poème "Hommes liges des talus en transe" de Paol Keineg. Un texte remarquable lu et chanté par Alan Stivell sur son disque "En vue de l'île". Un cd et un texte que je ne saurais trop vous recommander.

mireille 19/07/2005 15:21

Bonjour,

Je préfère cette version là. @+